Blog

J.J. Bollack expose à L'Essence du Thé

Publié le : 09/03/2019 07:59:20
Catégories : Actualités , Expos

L'esprit du carnet de voyage

Renouant avec une tradition ancienne, Jean Jacques Bollack ne se contente pas de rapporter des souvenirs de ses voyages. Il construit une mémoire de ses pérégrinations avec une volonté de permettre à celui qui regarde ses carnets, celui n'est pas parti, de suivre sa route, en tous les cas de faire un bout de chemin avec lui. Il ne nous montre pas simplement des images des lieux qu'il a traversé mais nous invite à pénétrer dans un univers finement observé et abondamment documenté. C'est un véritable travail de documentaliste qu'il nous propose, à travers ses croquis à l'encre et ses aquarelles : 64 feuillets annotés regroupés dans 16 cadres nous emportent sur la route de Tombouctou.

L'architecte voyageur

Lorsqu'il ne parcourt pas le monde, Jean Jacques Bollack réside à Wettolsheim. Ancien architecte, il a toujours aimé voyager. On retrouve dans son dessin, le professionnel formé à l'esquisse et au dessin de bâtiments. L'un ou l'autre croquis, avec ses différentes coupes en sont de belles illustrations. Il travaille de deux manières : soit il réalise ses carnets directement sur les lieux qu'il visite, soit il rapporte une base documentaire, (croquis, photos, enregistrements) sur laquelle il s'appuie ensuite pour réaliser ses carnets. La liste en est impressionnante : Etats Unis, Tombouctou, Thaïlande (présenté en 2010 à L'Essence du Thé), Venise et son carnaval, Equateur, Jordanie, Indonésie, Guatémala, Coatie, Sri-Lanka et bien sûr France !

Mais son observation ne se limite pas aux constructions car ce qui l'intéresse d'abord ce sont les habitants, les hommes et les femmes, riches de leurs traditions mais aussi de leur quotidien. Et bien sûr les lieux où ils vivent, qui ont comme les cadres de ses sujets : villes, mais aussi paysage de verdure ou de désert où notre imaginaire se perd.

Au-delà des paysages et des hommes, à la manière des cabinets de curiosité du 18ème siècle, il nous donne également à voir des objets, des tenues vestimentaires, des éléments de culte et de pouvoir, comme autant de trésors ethnologiques.

Le voyage à Tombouctou

Le voyage à Tombouctou prend ses racines dans le récit que fit René Caillié de son voyage d'explorateur au début du 19ème siècle : il entra à Tombouctou en avril 1828 et fut le premier européen qui non seulement alla jusqu'à cette ville mais en revint vivant ! Il avait 28 ans. Tombouctou, ville installée sur les bords du Niger, était interdite aux chrétiens. Il faut dire qu'il avait minutieusement préparé son affaire, allant jusqu'à vivre avec une tribu maure pour apprendre l'arabe et le Coran, afin de ne pas se faire remarquer en laissant croire qu'il était musulman. A son retour en décembre, après une route épuisante au sein d'une caravane d'esclaves, il obtint un prix de la Société de Géographie. Il était le premier à ramener une description détaillée de la ville. Il publia "Voyage à Tombouctou", qui connut un réel succès de librairie puis mourut dix ans plus tard. 

C'est sur ses traces que nous emmène Jean Jacques Bollack. Pour les besoins de son récit en images, il a suivi la route qu'emprunta René Caillié, tantôt sur terre tantôt sur l'eau. De fait, son carnet de voyage prend une autre dimension, à travers la profondeur historique et la mise en perspective que donne le récit de l'explorateur.

De l'observation vers le témoignage, on ne sait plus trop qui est l'homme, tant il a de cordes à son arc : architecte mais aussi documentaliste, dessinateur mais aussi ethnologue, observateur mais aussi photographe... A travers toutes ces facettes, il nous livre un récit, riche de son regard et de ses émotions. 

Il nous invite à un voyage immobile, avec peut-être à la main, une tasse de thé.

Vernissage de l'exposition

Nous vous invitons à venir au vernissage de l'exposition le mardi 12 mars, de 19 à 21 heures, à la boutique, au 38b, rue des Marchands à Colmar.

L'exposition sera visible jusqu'au 9 avril prochain.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)